And sparkle sounds to say.

« So, how are you holding up ? Because… I'm a potatoe. »

Imagine…

A prononcer à l’anglaise, sinon c’est moche.

Imaginons un monde sans humains. Ce serait tellement bien. Beau. Calme. Vierge de toute destruction. Délesté de toute bêtise et de toute ignorance.
« Il y a deux choses qui sont infinies : l’Univers et la bêtise humaine. Mais pour l’Univers, je n’en suis pas sûr. », dixit Einstein.

Ce soir, j’ai lu la concrétisation de cette idiotie. Je suis tout simplement dégoûté. Pour même tout vous dire, j’ai honte. Tous simplement honte de mon espèce. L’humain, cette forme de vie si faible et qui pourtant a pu asseoir son hégémonie sur notre monde. Ce pauvre humain si frêle, et qui use de plus en plus de sa profonde idiotie pour plier le reste du monde à ses désirs.

Le rire n’est pas le propre de l’Homme. Certains singes savent rire. Le meurtre est le propre de l’Homme. Aucune autre espèce connue ne tue un membre de son espèce simplement pour que celle-ci ne vive plus.
Lorsqu’un loup en tue un autre, c’est pour suivre son instinct naturel et devenir chef de la meute. Lorsqu’un renard tue une poule ou qu’un chat fait d’une souris son repas, c’est pour sa survie.
Lorsqu’un humain en tue un autre, c’est pour satisfaire son plaisir sadique de voir les autres souffrir.
Ce n’est pas « Le bonheur des uns fait le malheur des autres »… Mais plutôt, « le malheur des uns fait le bonheur des autres. »

L’Homme entretient la haine. Lorsqu’un taureau est mis en cage pour le divertissement du public d’une arène. Lorsqu’un lion est privé de ses repas pour subir les coups de son dresseur.
Lorsqu’enfin, des hommes rient de la mort d’un autre.

C’est ce dernier cas qui provoque chez moi le plus d’aversion. Que cette personne ait été en colère ou non, soit-disant « attardée » ou non, rien ne permet de rire sur cet accident. Certains trouveront peut-être que je pousse la comparaison trop loin, mais j’ai le sentiment d’être retourné quelques millénaires auparavant, à l’époque où des foules abruties se rassemblaient pour assister aux jeux du cirque. Il suffit d’aller sur des sites proposant des vidéos « qui buzzent » pour voir que celles mettant en scène d’horribles accidents sont celles qui collectionnent le plus de vues.

Quand je vois que des gens s’amusent de la mort, je suis tout simplement dégoûté. Quand des gens s’amusent à enfoncer quelqu’un dans sa solitude. Quand des personnes apprécient de se moquer d’autres.

Et le pire est qu’ils ne se rendent pas compte de leur bêtise.
« Plus je vois l’Homme et plus j’aime les bêtes. »
Exact. C’est terriblement exact.

Je n’oserai même plus regarder les gens dans la rue, sachant que derrière chacun de ces visages fermés se cache un tortionnaire en puissance.

Cela me fait penser à l’Expérience de Milgram. Cette expérience qui met en scène une personne comme vous et moi. A cette personne on fait lire des questions à laquelle un comédien doit répondre. S’il se trompe, le participant doit lui envoyer des décharges électriques de plus en plus fortes. Bien évidemment, le « cobaye » n’est pas au courant que c’est un comédien qu’il a en face de lui et que les décharges électriques sont en fait totalement factices.
Il a été avéré qu’environ 65% des « cobayes » allaient jusqu’à administrer des décharges normalement mortelles à leur interlocuteur.
Si cette expérience prouve que l’humain joue parfaitement son rôle de mouton en suivant sans trop ciller les ordres d’une autorité supérieure, elle prouve aussi que l’Homme est parfaitement et simplement capable de faire du mal. Intentionnellement.

Et c’est particulièrement ça qui me dégoûte, aussi. L’être humain aime voir les autres avoir mal. Il aime faire mal. mais il n’aime pas avoir mal.

Quelle abjecte création. m’est avis que ce Dieu s’est planté dans son algorithme d’évolution lorsqu’il nous a banni au plancher des vaches. A moins qu’il ait prévu la chose et, par anticipation, nous ait envoyé loin de lui ?

Aussi étonnant que cela puisse paraître, je tiens en plus haute estime certains animaux que la plupart des Hommes. Les chats. les fourmis. Ce sont de parfaites formes de vie qui vivent naturellement, sans vouloir faire le mal autour d’eux.

Après ce passage misanthrope et parfaitement fondé, je sens qu’il va m’être difficile de continuer un article dans la joie et la bonne humeur…

Donc je dirai ceci : Les humains aiment faire le mal. Aussi, chers, lecteurs, pour combler ceci, aimez-vous les uns les autres, plutôt. L’Amour, avec un A majuscule, est la plus belle et la plus puissante force de l’Univers. Donc aimez-vous. Et à défaut de changer l’être humain, peut-être arriverons-nous à créer un îlot de joie et de gentillesse autour de nous.

Je veux aussi dire que moi j’aime. Non pas le « j’aime ! » de Facebook (d’ailleurs un « j’approuve », « j’apprécie », ou « je plussoie », aurait été plus approprié), non, j’ai aujourd’hui la joie d’aimer une personne qui m’est incroyablement chère.
Et même si diverses choses me font du mal à cause de cet amour, je suis tout de même heureux de l’aimer.

Car ce sentiment me permet d’occulter certains des mauvais côtés de l’Homme. A côté de tous ces abrutis qui ne savent que dire et faire du mal, je suis content de savoir ce que signifie le mot « aimer ».

Je finirai en disant que j’ai reçu ce soir le plus beau message qu’il m’ait jamais été donné de lire, je crois. C’est la première fois que l’on daigne jouer pour moi. Aussi j’en remercie son auteur du fond du cœur.

Précédent

@@@

Suivant

Schizophrenia

  1. Vermeille

    Mon très cher Vanille :),Je vois là plus concrètement ce que tu appelles « pseudo-philosophie ». Permets moi dans un premier temps de te dire qu’il s’agit d’analyser et de remettre ton monde en question. Félicitations, tu es une des rares personnes à posséder un cerveau. Et à s’en servir.Cependant, tu dénonces la fameuse expérience de Milgram. Je crois, de façon totalement opposée à toi, plutôt en accord avec mon bon ami Rousseau, que l’Homme est fondamentalement bon, et qu’il fut créé à la ressemblance de Dieu (je suis croyant, mais c’est un autre débat). Aussi, l’expérience de Milgram n’a jamais eu pour vocation de prouver que l’Homme est fondamentalement mauvais, mais bien qu’il est SOUMIS à cause de son éducation, formaté à exécuter les ordres. J’en veux pour preuve les films de cette fameuse expérience où le sujet demande à répétition « Vous êtes sûr que je dois le faire ? » « Je dois vraiment lui envoyer la décharge ? » ou plus simplement « Oh non mon Dieu, je peux pas faire ça, il souffre ! ». Suite à ces élans d’individualité, le sujet reçoit une injonction, et accomplit son acte, dans la soumission « Oui faîtes, c’est l’expérience ». L’Être Humain lambda ne remet pas en question son autorité.Et là je te pose la question mon bon Vanille : le fais-tu seulement ? Réponds toi, sans te mentir. Je suis certain que tu vas finir par dire « Non, c’est vrai. Là, j’ai obéis, j’étais pas d’accord pourtant. Là je me suis laissé traiter comme une merde sans répliquer ». Une chanson que j’aimais pas mal à un moment dit « Il semble que la liberté se mesure à la superficie des murs » ; ouais, moins tu agis librement, moins tu réalises tes entraves. C’est ça qui est triste.—————-Oui l’Homme peut rire de la mort de ses congénères. Oui, on peut rire de cette vidéo. Et pourquoi ? Parce que le mec en question est complètement con. C’est un peu un « il l’a mérité, pour s’énerver contre un ascenseur il devait pas être très futé le monsieur ». Il en aurait été autrement si c’était accidentel, mais ce n’est pas le cas, le mec se jette carrément dans la cage d’escalier, un peu comme si il se jetait par la fenêtre juste parce qu’elle s’ouvre pas.Et en fait, je t’ai menti. Dans ce cas là, l’Homme ne rit pas de son congénère. Qu’est-ce qu’un congénère ? C’est un être auquel tu peux t’identifier, non ? Tu arrives à t’identifier à la stupidité de cet homme ? Apparemment, la majorité des gens, non. Ils rient de la mort stupide d’une créature anthropomorphique, mais non considérée humaine dans son âme.J’en veux pour preuve que la tristesse est beaucoup plus aisée à l’identification. Crois-tu qu’on aurait ri de cette vidéo si elle illustrait le suicide de quelqu’un de désespéré ?———————-Bravo pour ton Amour. Je me permettrai seulement de te dire qu’il ne faut pas confondre Sentiments et Sentimentalisme. Le Sentiment est sage, profond, sincère. Le Sentimentalisme est changeant, instable, capricieux, irréfléchi.———————Enfin, le propre de l’Homme n’est ni le rire, ni l’intelligence, ni quoi que ce soit. Le propre de l’Homme est une seule chose : le libre-arbitre. Ne condamne pas les Hommes de l’utiliser, même si son orientation te dégoûte. La véritable beauté est là ; l’Homme est un être Multiple, Infini, Parfait dans sa Perfectibilité, Créateur à l’image de Dieu. La beauté est dans la multiplicité Vanille. Regarde, nous somme tous différents, n’est-ce pas ça la richesse ? Éprouver notre pouvoir créateur au quotidien, avoir la capacité d’agir et de voir le monde comme chacun l’entend ?Vermeille ;)

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén