En fait, je pourrais très bien être seul au monde que ça ne me dérangerait pas. Mais vraiment seul. Sur une planète désertique pleine de sable et de villes-fantôme. Seul. En revanche, à une condition. Que j’aie de la musique. Et que je puisse renouveler les morceaux que j’écoute.
C’est vraiment ce que je me suis dit en écoutant Never let me down again de Depeche Mode.
Vraiment, là, maintenant, tout de suite, être le seul être vivant sur Terre, marchant dans des paysages infiniment vierges de toute respiration, je l’aurais bien voulu et j’aurais, je pense, apprécié que la situation fût ainsi.
Mais non, à la place de cette alléchante perspective de solitude, je suis allongé dans mon lit avec des aiguilles incandescentes me traversant la gorge, les yeux et le cerveau de part-en-part. Génial. Je n’aime pas être malade, ça non, mais en plus ça me pourrit presque mes vacances. Quoique, dans le fond, si je peux voir cette neuilléenne dont je parle tant la semaine prochaine, alors je pourrai les considérer comme réussies. D’autant plus qu’un anniversaire se déroulera demain dans la joie ! J’espère être en forme.

Depeche Mode. Groupe découvert via une demoiselle musicalement extrêmement intéressante et fan de Muse, il m’est venu en tête alors que je cherchais des nouveautés à entendre.
Et je suis agréablement surpris par la tonalité du groupe en question. C’est vrai. Plus électronique que Muse, plus rythmé… Plus calme. Et surtout, psychédélique. Vraiment magnifique. En écoutant les bonnes chansons, on peut découvrir d’autres dimensions rien qu’ayant de telles notes dans les oreilles. Une rivière de sensations, de choeurs, de murmures, de lumière… Je ne sais pas trop comment décrire ce que je ressens. Vraiment, ce groupe joue avec nos sens de façon admirable. C’est reposant de les écouter, et passionnant. C’est comme de regarder un kaléidoscope. Voilà, c’est la définition parfaite.

Et ça ne m’étonne pas que ce soit la demoiselle mentionnée plus haut qui m’ait fait connaître ce groupe et qu’elle l’apprécie tant. Ca lui correspond parfaitement. Un peu à cheval sur deux univers elle aussi. Et c’est ça qui la rend particulièrement agréable à mes yeux.