Regina Spektor. Je l’ai (re)découverte par hasard en voulant revoir l’introduction de (500) jours ensemble. Au départ j’ai à nouveau été enchanté par Us et ensuite par Hero que j’ai trouvé absolument sublime. Je l’ai écoutée de nombreuses fois, en boucle, et je suis vraiment tombé sous le charme du morceau. Il est très beau, très pur, tout comme Keep Breathing que j’ai déjà présenté il y a quelque temps.
Il y a certains artistes dont certaines compositions sortent de l’ordinaire. C’est beau.

Ensuite, ç’a été le tour le l’OST complète de (500) jours ensemble. Encore une fois, je l’ai aimée, plus qu’à la première écoute. Elle est très entraînante.
Je vais me permettre de revenir un petit peu sur le film, bien que ne l’ayant pas revu.
Comme il est dit à son commencement, « C’est l’histoire d’un garçon qui rencontre une fille. Mais ce n’est pas une histoire d’amour. »
C’est vrai, c’est vrai, terriblement vrai. Un film superbe, avec des sauts dans le temps assez bien ficelés, et une histoire tout autant entraînante qu’heureuse que triste. Une œuvre que j’ai vraiment extrêmement appréciée, très riche en émotions et en réflexions sur l’Amour-avec-une-majuscule. Voui, c’est un thème que j’aime bien. Et puis pour une fois que c’est bien fait, et en plus avec Joseph Gordon-Levitt et Zooey Deschanel — soit dit en passant, la petite sœur de l’actrice principale de Bones, merci Wikipaedia Universalis —, l’ensemble n’en est que plus attachant.

Enfin c’est vraiment un film que je conseille vivement à tous ceux qui ne l’ont pas déjà vu. J’avais déjà dit mon ressenti précédemment mais bon.

À noter que je ne crois pas que je pourrais le regarder en franco-français. Maintenant que je l’ai vu dans la langue de Shakespeare, le ton français sonnerait faux à mes oreilles. L’anglais est plus…Réel

Et sinon, miss Spektor. Vous savez, il y a certains morceaux que l’on pourrait écouter les yeux fermés, tranquillement allongés quelque part, de façon à être apaisé. Ruled by Secrecy, de Muse, en est un excellent exemple, ainsi que la plupart des morceaux d’Einaudi, entre autres.
La majorité des morceaux de Regina Spektor produisent cet effet. Par moments, ils sont quasiment parlés et pas réellement chantés. Ce n’en est que plus beau. Ça dégage une impression assez intrigante, un peu déroutante au départ mais au final très relaxante. J’aime beaucoup.
En fait, c’est très peu instrumental, on entend surtout sa voix au-dessus de légères notes au piano. L’ensemble en devient assez particulier, et d’autant plus qu’on ne voit pas vraiment de rythme puisque c’est plus parlé que chanté. C’est déroutant et presque désagréable, pourtant c’est idéal pour se reposer l’esprit.

La musique a en fait un rôle assez important dans certains films (<- réflexion évidente et inutile, je concède.) Sinon, moi qui n’aime pas vraiment la chanson française, je pourrais même dire que je ne la supporte pas de par sa niaiserie sans précédents, mais ça n’engage que moi, j’ai été agréablement surpris par Mozart, l’Opéra Rock. Un superbe concert / une superbe pièce de théâtre chantée. C’est beau, c’est mélodieux, c’est entraînant, c’est intéressant, et ce n’est pas niais. Rien à redire. Les costumes comme le décor sont très travaillés et les paroles sont absolument exquises. Je suis par ailleurs tombé amoureux — hum — de Mélissa Mars et de son interprétation de Bim Bam Boum. Mais, encore une fois, ça n’engage que moi.

Petite citation de Blink-182, issue du morceau s’intitulant The Rock Show pour terminer :

Black and white picture of her on my wall.
I waited for her call, she always kept me waiting.
And if I ever got another chance, I’d still ask her to dance.
Because she kept me waiting.